Faut-il vendre ses actions maintenant en mai 2020 ou renforcer ?


question de P.H. (28 mars 2020 actualisée le 2/5): "Faut-il vendre maintenant ses actions ? Le marché va-t-il continuer à chuter ou se reprendre ?

La crise est sévère et imprévue. Les marchés n'aiment pas l'imprévu. Toutefois les marchés ont remarqué que les chutes violentes récentes (2000 et 2008) ont été suivies par des remontées assez rapides. Aux Etats-Unis, le S&P 500 a même atteint le double des plus hauts avant ces deux crises. Aussi les investisseurs vont probablement espérer la même chose, ce qui peut limiter dans un premier temps la baisse par rapport aux deux dernières fois.

Mais cette crise est-elle comparable ?
- brutalité : aux USA elle est même plus violente et est de plus mondiale (alors que 2008 elle n'était dû qu'aux crédits "subprime" américains)
- Réaction des autorités : en conséquence, celle-ci a été plus rapide et plus forte qu'en 2000 et surtout 2008.
On pourrait donc penser que ces deux éléments devraient se compenser, et donc que les investisseurs vont moins paniquer, le marché repartir vite.

Toutefois il y a une grande différence avec les anciennes crises. Celles-ci étaient dues à des bulles (boursière en 2000 et immobilière en 2008), c'est à dire à des comportements passés. Une fois ceux-ci terminés, en inondant d'argent on faisait repartir l'économie comme avant. Aujourd'hui c'est le comportement actuel qui pose problème. Le confinement ne peut trop durer, sinon les conséquences seraient encore plus graves que le déconfinement. Si c'était le seul problème la situation actuelle ressemblerait au passé. Je crains plus l'après confinement, car tant qu'une solution médicale efficace ne sera pas mise en place à grande échelle, le coût de précaution pour les entreprises sera colossal. Il entraîne en effet une forte baisse de la productivité, et donc des marges des entreprises. Personnellement je devais aller chez le dentiste, suite aux précautions nécessaires le temps de la consultation est doublé ! Les transports, la distribution, le batiment, l'industrie, les services en rapport avec la clientèle ... sont touchés.
Il y a une autre inconnue, l'évolution du virus. Le fait de se répandre vite et partout va le rendre difficile à faire disparaître. Le plus plausible, c'est un comportement comme la grippe. Un retour dans une population habituée à ce type de virus, donc beaucoup moins nocif même en cas de mutation. Attention quand même dans le cas de ce scénario aux premières années. Les personnes habituées à ce virus (contaminées en 2020) devraient au maximum être de l'ordre de 70%. Les 30% non contaminés seront donc encore très sensibles à d'éventuelles prochaines vagues.

A long terme je ne suis pas trop inquiet, mais lors des crises récentes aussi violentes (2000/2001 et 2007/2008) la chute par rapport au plus haut a été d'un peu plus de 50%. Cette crise est si violente, si nouvelle, et des risques de déception sont encore devant nous. Il est très possible que se produisent des rebonds pour "profiter" de l'aubaine (comme en 2000 et 2008), mais personnellement je préfère attendre une chute de 50% pour intervenir.

SUR QUEL SUPPORT ?

1 - Sur le marché américain. Après chaque crise, c'est le marché américain qui s'en sort le mieux. Pourquoi ? Par ce que c'est l'économie la plus capitaliste du monde. La population croit au capitalisme comme bienfait pour tous. Le président du pays sait que pour se faire réélire, l'économie, et donc les marchés financiers doivent être bons. Même la FED est obligée d'avoir une politique favorable, car contrairement à la BCE dont l'objectif est de maîtriser l'inflation, le sien est d'assurer le plein emploi.
2 - sur un indice général. Personnellement j'ai été peu frappé car par chance mon investissement était concentré sur un fonds investi de façon significative dans les valeurs internet, et au 30 avril il est en hausse depuis le 31/12. Par contre aujourd'hui j'ai décidé de réinvestir sur des entreprises plus classiques, mais uniquement en cas de chute de SP500 autour de 50% par rapport au plus haut.
3 - sur un tracker. N'ayant pas le temps d'étudier les entreprises, je préfère investir sur un support large, donc un tracker. Ce support offre aussi l'avantage par rapport à un fonds de pouvoir passer un ordre limite. Il permet de ne pas investir sur un niveau inconnu, quand le marché peut varier de plus de 10% dans la séance, et de profiter d'une baisse en cours de séance.

Si vous voulez faire de même, passer un ordre assez bas dès aujourd'hui, non seulement pour être prêt en cas de chute brutale, mais aussi par ce que si elle se produit vous serez effrayé et vous ne le ferez pas.
%