Chloroquine : remède miracle ou faux espoir



Article du 7/4

Beaucoup de gens se posent des questions sur la chloroquine, nous ne sommes pas médecins, mais on peut rappeler certains faits :


1 - Les essais sur la chloroquine n'ont pas commencé en France, mais bien avant en Asie.

2 - Le professeur Raoult se met en avant, comme sauveur providentiel. Mais nous nous souvenons qu'il a été un des responsables de l'impréparation de la France. En février, il nommait "grippette" le coronavirus. Sur quelles bases scientifiques ? on se le demande (pas les chiffres chinois j'espère **). Devant un tel esprit scientifique nous sommes perplexes.

3 - Lui même le reconnait, et tout le monde semble d'accord sur un point : la chloroquine est inefficace pour les cas graves.

4 - Que montrent les expérience de Raoult. Que sur un petit échantillon de 24 personnes 75% verraient leur charge virale diminuer vite contre 10% ou 50% sans chloroquine suivant les articles. Quand on sait que 80% des contaminés repérés guérissent tous seuls, et que 2% seulement décèdent, cela laisse perplexe. Je ne parle pas de l'autre étude sur 80 patients (dont la moitié de moins de 52 ans ) dont les résultats seraient encore moins probants. Ce qui est génant, c'est qu'il est probable qu'un médicament ait une action d'autant plus forte que le patient soit peu sensible au virus.

5 - Enfin, les pays asiatiques qui l'ont essayé (Chine, Corée) n'ont pas trouvé ce produit si miracle que ça, et mettent plus en avant d'autres méthodes.

CONCLUSION : Vu d'un oeil non expert, les tests du professeur Raoult montreraient que la chloroquine pourrait être un produit miracle pour soigner les cas bénins. Mais comme il n'a pas trop d'effets secondaires (à condition de respecter doses et contre indications, donc de ne le faire que sous contrôle médical), pourquoi pas ? (voir notre mise à jour du 29/4)


** pour rappel, la Chine, prise par surprise et ayant longtemps tardé à prendre des mesures affiche officiellement 3.300 décès pour 1,4 milliard d'habitants en 3 mois. La seule province de Bergame (1,1 million d'habitants) en affiche officiellement 4.500 en un mois.


MISE A JOUR DU 8/4/2020
La Suède cherche par tous les moyens à éviter le confinement. Ces hopitaux essayaient déjà la chloroquine. Certains viennent d'annoncer aujourd'hui l'arrêt de cette utilisation, compte tenu d'effets secondaires plus importants que prévus.


MISE A JOUR DU 28/4/2020

Nous avons regardé le troisième essai de M. Raoult, vraiment passionnant. Il est parti d’un échantillon de 1 061 personnes qui se présentaient pour être testées sans souvent avoir de symptômes. Donc c’est un excellent sondage pour la mortalité. Et que trouve-t-il : un taux de mortalité de 0,50%. C'est le bas de notre fourchette de 0,4% à 0,9%.
Or :
- l'âge médian de son échantillon est de 43,6 ans, âge médian de la population française. Il est intéressant pour établir le taux de mortalité de la population. Par contre il ne l'est pas pour une comparaison avec les statistiques de mortalité des gens testés en France dont l'âge médian est probablement bien plus élevé, les jeunes n'étant pratiquement pas testés.
- la proportion de femmes est de 53,6%, alors que leur mortalité est très inférieure à celles des hommes. Elles ne représentent que 45% des décès.
Conclusion : ce taux a beaucoup de chance d'être un taux bas de fourchette (pour s'en assurer il faudrait aussi regarder l'état de santé de cet échantillon). Il valide notre étude (merci M. Raoult) et le sentiment que la chloroquine n'a aucune efficacité !!

MISE A JOUR DU 28/4/2020

Les dernières études internationales montrent un taux d'effets secondaires graves, éventuellement mortels, de la chloroquine supérieur à ce qui était anticipé. Nous avons donc mieux regardé ce problème. Or dans l'utilisation habituelle de la chloroquine, la dose thérapeutique est proche du seuil de toxicité. Les doses prescrites par le professeur Raoult sont élevées. Le problème c'est qu'on a découvert que le Covid affaiblissait pas mal de parties du corps. Pourquoi ? Une hypothèse serait que le covid fragilise les vaisseaux sanguins, et donc une grande partie du corps. Certains patients verraient leur seuil de toxicité baisser en-dessous du dosage utilisé.